Histoire de la Turquie

Quand l'histoire aime la précision

Florilège des manipulations de sources dont s’est rendu coupable Taner Akçam

9 min read



Taner Akçam est un nationaliste kurde, qui a obtenu en 1995 un doctorat en sociologie à l’université de Hanovre (Allemagne) dans des conditions illicites. En effet, en Allemagne, le directeur de thèse, ou, le cas échéant, les deux codirecteurs, doi(ven)t être professeur(s) des universités en exercice. Or, M. Akçam a été codirigé par un professeur de l’université de Hanovre (jusqu’ici, rien que de très légal) et par Vahakn Dadrian, or ce dernier avait été radié de l’université d’État de New York au printemps 1991, pour harcèlement sexuel en situation de récidive et M. Akçam s’est inscrit en thèse en septembre ou octobre 1992. Bien que le personnage soit discrédité depuis plus de dix ans, y compris aux yeux d’historiens qui considèrent la qualification de « génocide arménien » comme pertinente, il est régulièrement mis en valeur par les organisations nationalistes arméniennes, qui substituent le « vu à la télévision » à la rigueur universitaire.
Hilmar Kaiser (docteur en histoire ottomane et partisan de la qualification de « génocide arménien »), entretien à l’Armenian Weekly, 8 mars 2008 :« — Hilmar Kaiser. La façon dont les sources turques est utilisée dans une publication en anglais [Taner Akçam, A Shameful Act] parue dans ce pays [les États-Unis] et qui est acclamée comme s’il s’agissait d’une grande recherche, n’est absolument pas universitaire (is totally unscholarly). L’acclamation est là parce que personne n’est capable de vérifier les sources. […]— Khatchig Mouradian. Pouvez-vous donner un exemple précis ?— Par exemple, un chercheur [Taner Akçam] affirme que le président de la Chambre des députés ottomane s’est rendu en Allemagne en mars 1915 pour coordonner [avec les autorités allemandes] la décision du génocide arménien et il donne la source. Or, la source dit exactement le contraire. »


Hilmar Kaiser, « A Deportation that Did Not Occur »The Armenian Weekly, numéro spécial, avril 2008, pp. 17-18 :« Il est intéressant de noter que les affirmations selon lesquelles l’allié allemand aurait suggéré les déportations se trouve en contradiction avec de telles suppositions [une prétendue décision d’« exterminer » antérieure à 1915]. La contradiction se trouverait en grande partie résolue si les assertions selon lesquelles le CUP [Comité Union et progrès] avait coordonné sa décision de mars 1915 avec l’allié allemand. Toutefois, cette affirmation est fondée sur la description incorrecte d’une source clé ; elle est par conséquent intenable (1).
_________(1) Taner Akcam, A Shameful Act. The Armenian Genocide and the Question of Turkish Responsibility, traduit [du turc] par Paul Bessemer (New York, N.Y.: Metropolitan Books, 2006), p.152. L’auteur a résumé, en l’occurrence, d’une façon erronée les Mémoires d’Halil Menteşe. »
Remarque : cette falsification de source est maintenue telle quelle dans l’édition française : Taner Akçam, Un acte honteux, Paris, Denoël, 2008, p. 167.


Erman Şahin (devenu depuis docteur en histoire à la London School of Economics), « Review Essay: A Scrutiny of Akçam’s Version of History and the Armenian Genocide »Journal of Muslim Minority Affairs, XXVII-2, août 2008, pp. 311-312 :« En discutant de l’application du déplacement [forcé d’Arméniens] et des massacres, l’auteur [Taner Akçam] soutient que beaucoup de membres du gouvernement [ottoman] n’étaient pas au courant de la politique génocidaire que celle-ci était mise en œuvre par le parti [Comité Union et progrès] sous couvert d’un décret de déportation. Comme [son directeur de thèse Vahakn] Dadrian, Akçam se réfère aux entretiens accordés par Eşref Kuşçubaşı pour appuyer sa conclusion :“Comme l’indique Eşref Kuşçubaşı, le gouvernement ne fut jamais informé des réunions ni des projets liés aux déportations et aux massacres.” (pp. 156-157) [p. 172 de l’édition française, Un acte honteux]Dans le texte cité, après avoir brièvement parlé des activités de l’Organisation spéciale [unité d’élite de l’armée ottomane], Eşref Kuşçubaşı déclare effectivement que “comme ces [activités] étaient tenues rigoureusement ‘secrètes’, elles étaient inconnues même des membres du cabinet.” Toutefois, plusieurs problèmes se posent quant à l’utilisation et l’interprétation par Akçam de ce compte-rendu autobiographique d’Eşref Kuşçubaşı. Tout d’abord, le texte en question ne cite aucune réunion relative au déplacement d’Arméniens et aux massacres, et ne fait pas non plus mention des Arméniens, de quelque manière que ce soit. Ensuite, et c’est plus important, après la phrase déjà citée, Kuşçubaşı explique que Talat Pacha était lui aussi un des membres du cabinet qui n’étaient pas informés des activités de l’OS et qu’il s’en plaignait :“Comme ces [activités] étaient tenues rigoureusement ‘secrètes’, elles étaient inconnues même des membres du cabinet. De fait, je me rappelle très bien qu’un jour, Talat Pacha, plaisantant à moitié, m’avait demandé : ‘Monsieur Eşref, y a-t-il quelques nouvelles concernant l’institution d’État que vous pourriez partager avec nous ?’ Et il me l’a doucement chuchoté à l’oreille, pour que les autres n’entendissent pas. Quelles étaient ces activités si secrètes que même une personne [Talat] qui exerçait les fonctions de ministre de l’Intérieur et qui était considérée comme le dirigeant naturel du parti au pouvoir se plaignait ainsi ?”Par conséquent, l’utilisation et l’interprétation par Akçam de ce que Kuşçubaşı a déclaré et son effort pour établir un lien entre ces propos et les massacres devient extrêmement problématique. En effet, si l’on accepte la paraphrase fausse d’Akçam alors toute la théorie de ce dernier sur “une politique génocidaire sous la supervision de Talat” s’effondre, puisque Talat Pacha, celui-là même qu’il présente comme le coordinateur général des massacres et des déportations, n’est pas informé de ce que, paraît-il, il supervise. Il est clair qu’Akçam ignore délibérément le contexte [de la phrase qu’il cite] et trompe ses lecteurs. L’intention d’une telle manipulation est de faire croire aux lecteurs à ce qui n’est, au fond, qu’une conclusion établie par avance, aux dépens de la vérité historique. »
Kent Schull (maître de conférences en histoire ottomane à l’université d’État de New York et relativement proarménien), « Book Review », The Journal of Modern History, LXXXVI-4, décembre 2014, pp. 975-976 :« Premièrement, dans le passage affirmant que le gouvernement CUP a interdit tout type d’assistance offerte aux Arméniens déportés, il cite plusieurs documents hors contexte, ce qui est problématique (pp. 423-439). En réalité, les documents cités démontrent que les autorités ottomanes n’ont pas interdit l’assistance aux Arméniens déportés mais voulaient empêcher des tiers de distribuer secrètement cette assistance. En d’autres termes, toute aide devait être redistribuée par des canaux officiels ottomans et n’était pas nécessairement bloquée (pp. 431 et 435).Deuxièmement, Akçam utilise des documents des archives ottomanes pour affirmer que les autorités impériales tentaient insidieusement d’empêcher les étrangères de “voyager librement en Anatolie” afin de dissimuler leurs activités génocidaires. Les documents, toutefois, ne prouvent pas cela. Ils discutent de l’interdiction pour les “citoyens des États hostiles”, c’est-à-dire des ressortissants russes, britanniques et français, de circuler parmi les populations arméniennes d’Anatolie et ajoutent que les mouvements de ces individus doivent être contrôlés (pp. 431-432). Étant donné qu’Akçam démontre clairement que le CUP voyait dans les Arméniens ottomans une menace sécuritaire, ce n’est que logique pour les autorités ottomanes d’avoir tenté d’empêcher le contact entre les ressortissants des États ennemis et leur propres populations suspectes. La volonté des autorités ottomanes d’empêcher l’assistance secrète aux Arméniens ottomans (quelle qu’en fût la source) a aussi du sens, puisque le gouvernement les voyait comme des menaces pour la sécurité de l’Empire. Ce que ces documents [utilisés par Taner Akçam] montre, c’est que les autorités ottomanes voulaient maîtriser et contrôler l’afflux d’aide, pas nécessairement l’interdire (p. 436).Un autre exemple est fourni par l’affirmation d’Akçam selon laquelle “de nombreux documents ottomans […] trop nombreux pour être cités ici, montrent clairement […] que […] des unités de l’Organisation spéciale furent impliquées […] dans le génocide arménien” (pp. 422-423). Les documents qu’il cite, pourtant, parlent de l’utilisation d’unités de l’Organisation spéciale pour éliminer des activités révolutionnaires mêlant des Kurdes et des Arméniens et non de la déportation et des tueries d’innocents. »


Maxime Gauin (docteur en histoire), « Review Essay — ‘Proving’ a ‘Crime against Humanity’? »Journal of Muslim Minority Affairs, XXXV-1, mars 2015, pp.  143-144 (une version française, un peu plus longue que la version originale, est disponible en ligne) :« M. Akçam argue (pp. 202-203) que le télégramme expédié par le ministre de l’Intérieur, Talat, à la préfecture d’Ankara, le 29 août 1915, constitue “la déclaration la plus claire, montrant que la politique du gouvernement [CUP] vis-à-vis des Arméniens [pendant la Première Guerre mondiale] avait pour but leur annihilation […] Ce document à lui seul devrait mettre fin à de longs et inutiles débats sur cette question.” Il est intéressant de remarquer que M. Akçam ne cite que les deux premières phrases du document, et encore, dans une traduction inexacte : “La question arménienne dans les provinces orientale est résolue. Il est inutile de porter atteinte à [l’honneur] de notre nation et de notre gouvernement avec de nouvelles atrocités.” En remplaçant le contexte des phrases par ses propres spéculations, Taner Akçam achève d’en déformer le sens. La lecture du texte exact, en entier, est éclairante (souligné par moi) :“La question arménienne qui se posait dans les provinces orientales est résolue. Pour autant, il est inutile d’endommager l’image de notre nation et de notre gouvernement par des actes de cruautés qu’aucune nécessité ne justifie. En particulier, l’attaque récente qui a eu lieu contre des Arméniens près d’Ankara a causé beaucoup de regret au ministre, qui a constaté que l’évènement s’est produit suite à l’évidente incompétence des officiers chargés de superviser le transfert des Arméniens, et à l’audace de gendarmes et d’habitants de la région, qui ont agi en suivant leurs instincts bestiaux, violant et volant les Arméniens. Le transfert d’Arméniens, qui doit être appliqué dans l’ordre et avec prudence, ne doit jamais, à l’avenir être confié à des individus animés d’une hostilité fanatique, et les Arméniens — tant ceux qui sont transférés que les autres — doivent absolument être protégés contre toute agression, contre toute attaque. Dans les lieux où une telle protection ne pourrait pas être assurée, le transfert doit être reporté. À partir de maintenant, les officiers chargés [du transfert] seront tenus pour responsables, compte tenu de leur rang, de toute attaque qui se produirait, et renvoyés en cour martiale. Il est nécessaire de donner des ordres très stricts à cet égard, au personnel concerné [25].”Au lieu de prouver un quelconque dessein “génocidaire” de la part de Talat, ce document tend à montrer le contraire. »

Auteur: Maxime GAUIN – Source  » VOIR ICI «