Histoire de la Turquie

Quand l'histoire aime la précision

Les massacres de musulmans et de juifs anatoliens par les nationalistes arméniens (1914-1918)

20 min read

Témoignage d’İbrahim Sargın (né en 1903) sur le massacre de Zeve (février 1915) à la télévision publique turque, dans les années 1980.
Il n’est possible d’apporter, sur un simple blog, plus qu’un début d’idée sur cette tragédie. Une estimation du nombre de victimes est donnée à la fin, avec quelques remarques de deux ottomanistes de réputatio internationale.

I) Avant la loi sur le déplacement forcé de mai 1915


Michael A. Reynolds (maître de conférences en histoire à l’université de Princeton), Shattering Empires. The Clash and Collapse of the Ottoman and Russian Empires, 1908-1918, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2011, p. 156-158 :
« Mais les problèmes inhérents à l’emploi de milices ethniques se révélèrent dès le tout début. Déjà en décembre 1914, un responsable tsariste se plaignait que les régiments arméniens “s’abandonnent avant tout au pillage et à la destruction des maisons de la paisible population musulmane, réglant ainsi leurs comptes vieux de plusieurs siècles”. […]Tout au long de l’année 1915, un débat eut lieu sur l’utilité des régiments de volontaires arméniens. Alors que les porte-parole arméniens et certains officiers tsaristes saluèrent leur bravoure et leur zèle, d’autres responsables russes soulignèrent leur prédilection pour le pillage et le massacre des musulmans. L’aliénation des musulmans avait des conséquences militaires négatives, soutinrent ces derniers, et empêcher cela devait être la priorité. Pendant l’été 1915, le haut commandement de l’armée russe mit son veto à la formation de nouveaux régiments arméniens et commença à dissuader les Arméniens de l’étranger de se porter volontaires. Puis, en décembre, il supprima complètement ces régiments, transférant des volontaires arméniens dans l’armée régulière, exécutant un nombre indéterminé d’entre eux et licenciant le reste.[…]Un fonctionnaire tsariste, le prince Vassili Gadjemoukov, exposa carrément les accusations contre les Arméniens dans un rapport à Youdenitch. La participation arménienne dans les opérations militaires n’avait produit “que des résultats négatifs”. Les marchands arméniens abîmaient la logistique de l’armée en abusant de leur accès aux chemins de fer pour expédier des biens commerciaux. Pire encore, le pillage incontrôlé du fait des bandes arméniennes éveillait l’hostilité des Kurdes et des autres musulmans. Par leur massacre général des musulmans à Van, expliquait-t-il, “les Arméniens eux-mêmes” avaient donné le “signal de la destruction barbare de la nation arménienne en Turquie”. Et, bien que cette destruction eût donné “le résultat positif que la Turquie nous a laissés une Arménie sans Arméniens”, la conséquence des évènements de Van avait été de renforcer la résistance musulmane aux armes russes “de peur de tomber entre les mains d’Arméniens”. Gadjemoukov n’était pas isolé en formulant de tels avis. Boris Chakhovskoï, ancien consul à Damas qui supervisait les liens avec les tribus kurdes pour l’état-major général russe, se plaignait amèrement de “la brutale anarchie des Arméniens [à l’égard des Kurdes]”. 

Les nationalistes arméniens voulaient “exterminer tous les habitants musulmans des zones que nous occupions” et leur sauvagerie provoqua “une résistance kurde désespérée” qui “compliqua terriblement nos opérations [militaires]”. Comme l’Assyrien Agha Petros en a témoigné, les réfugiés qui ont été victimes d’atrocités remplirent les rangs des Kurdes hostiles à la Russie. Bien que moins prompts à blâmer les Arméniens pour la brouille avec les Kurdes, les fonctionnaires consulaires et orientalistes Vladimir Minorskii et Vladimir Gordlevskii faisaient également pression sur l’armée afin de prêter davantage attention à la sécurité des Kurdes et d’autres préoccupations.
[…] Un officier assyrien exhortait ses supérieurs à laisser tomber le “principe russe” consistant à se concilier pacifiquement son ennemi, en faveur de la guerre tous azimuts contre les musulmans. »
Kara Schemsi (Reşit Safvet Atabinen), Turcs et Arméniens devant l’histoire, Genève, Imprimerie nationale, 1919 :« Déposition sous serment d’Ali, fils de Suleiman, originaire de Bitlis, émigré actuellement au village de Kayalou de Mardine (vilayet de Bitlis).C’était vers la fin de février 1915. Les Arméniens de Bitlis et de Van, qui avaient appris de bonne heure que les Russes voulaient occuper Bitlis, se ruèrent sur la population musulmane et se mirent à la massacrer sans pitié, lui barrant le chemin afin de l’empêcher de s’enfuir. Entre temps, mon beau-frère Ali, de 21 ans, sa mère Rébiché, Cheïkh Ahmed de Kazaran, sa femme et un de ses serviteurs; nos voisins Ahmed Oglou et son enfant en bas âge, un octogénaire Hassan, son fils Izzet et deux soldats malades en congé furent victimes de la férocité de ces barbares qui les mirent en pièces.De notre famijle, qui se composait de 17 personnes, 5 seulement ont pu échapper au massacre et cela avec mille difficultés. Un bébé de ma nièce fut jeté en l’air et taillé en deux par ces bandits arméniens.Ils violèrent les jeunes filles et ensuite ils les trainèrent toutes ensanglantées dans les rues. En somme, des crimes inouïs et indescriptibles ont été commis par les Arméniens sur l’élément musulman. » (p. 35)« Déposition sous serment de Mehmed Toufan effendi, fils du Major Essad effendi, juge suppléant au tribunal de HakiariDès la déclaration de la guerre générale, des bandes arméniennes formées d’avance entrèrent en activité et se firent les éclaireurs etles estafettes des troupes russes se trouvant à la frontière persane. Ils appelèrent les Russes et les introduisirent le 9 novembre 1330 (1914) dans le villase de Dir, chef-lieu de la corninune de Chikefti, du district de Hekguiari.Pendant que les Russes occupaient Dir, ces bandes massacraient de leur côté tous les habitants mâles des villages kurdes qui se trouvaient sur leur chemin et au fil de l’épée des milliers d’enfants. […]D’autre part, les membres des Comités arminiens se trouvant sous le commandement de Carabet, ex-juge au tribunal, entraient dans les maisons des musulmans et des israélites qti’ils dévalisaient après avoir violé les filles et les femmes. » (pp. 40-41)« Déposition sous serment da Féhim bey, fils de Kahramanbey, originaire de Maoradio, membre du Conseil administratif de cette ville, se trouvant actuellement émigré au village de Klet, vilayet de Van.[…]Pendant notre marche, nous apprîmes de Sdih bey, fils du maire du village Gumuche, que les habitants de son village ainsi que ceux des villages environnants avaient été massacrés par la bande arménienne de Aram [Manoukian] de Van, chef de Comité, qui fit brûler vifs les enfants dans des fours destinés à cuire le pain. En route, nous avons constaté avec Salih bey que le village musulman de Iguidjé composé de 30 maisons et celui de Gumuche de 100 habitations avaient été entièrement dévastés par des bandes arméniennes. Des cadavres d’hommes et de femmes horriblement mutilés gisaient partout.On voyait dans les fours les squelettes carbonisés des enfants. Quelques femmes et enfants qui ont pu échapper au massacre du village de Gumuche vinrent se joindre à nous et racontèrent que tous les habitants de leur village avaient été tués ou brûlés sans pitié par les bandes arméniennes. » (pp. 42-43)« Rapport du commandant de gendarmerie de Van Lorsque les Russes passèrent la frontière ottomane, les Arméniens de Van, persuadés que l’occasion qu’ils attendaient depuis si longtemps se enfin, commencèrent à se soulever et à se livrer à des actes révolutionnaires. Exécutant un plan préparé de longue date, ils attaquèrent les courriers, les voyageurs et les villages musulmans sans défense, refusèrent les réquisitions et se mirent en embuscade pour piller les convois de ravitaillement militaires. […]A Tcharpik-Ser, plusieurs personnes ont affirmé sous serment avoir vu un enfant que les révolutionnaires firent rôtir et attacher ensuite à un poteau, à la pointe d’une baïonnette. Les restes de cette créature infortunée nous furent montrés. […]Au village d’Ahtoudji, pendant que Zuléiha, femme de Kémo était en train de cuire du pain, on jeta en sa présence son enfant, une fillette de 6 mois, au feu et on lui dit d’en manger la chair. Sur son refus on la tortura impitoyablement en lui brûlant la jambe. Le récit de cette malheureuse qui vit encore, arrache des larmes aux cœurs les plus durs.On voyait dans ce même village des corps calcinés de petits enfants qui avaient été jetés dans des amas de bouse et brûlés. […]Plus de 300 habitants des cazas de Kévache et de Vostan furent exterminés dans la montagne d’Aguiro par le comité de Meksse. Pas un n’échappa.Près de 300 Israélites qui avaient voulu s’échapper de Hekkiari, furent massacrés au village de Sis et leurs corps entassés les uns sur les autres. Des témoins ayant vu les restes de ces victimes, l’ont affirmé sous serment.Toutes les mosquées de Van furent détruites et les quartiers musulmans brûlés au point que le centre de la ville et ses environs ne présentent plus qu’un monceau de cendres et de ruines. Quatre-vingt malades que l’on n’avait pu transporter à temps de l’hôpital, ont été brûlés vifs. » (pp. 58-59 et 63)

II) Pendant les grandes offensives russes de 1916



Morgan Philips Price (correspondant de guerre britannique sur le front ottomano-russe), War and Revolution in Asiatic Russia, Londres, George Allen & Unwin, 1918, pp. 140-141 :
« Un jour [de 1916], je suis sortis du camp et suis tombé sur un petit village kurde. La plupart des habitants avaient fui avec les Turcs, mais en descendant la rue, je vis trois cadavres de Kurdes, un homme et une femme, avec des blessures récentes sur la tête et le corps. Puis, deux volontaires arméniens de notre camp apparurent soudainement, emportant ce qu’ils avaient trouvé dans une maison. Je les arrêtai et leur demandai qui étaient ces Kurdes morts. “Oh !” dirent-ils, “Nous les avons tués, simplement.” “Pourquoi ?” demandai-je. Un air de stupéfaction se fit voir sur leurs visages. “Pourquoi poser une pareille question ? Pourquoi est-ce que nous tuons les Kurdes dès que nous les voyons ? Ils sont nos ennemis et nous les tuons, car si nous les laissons [en vie] ici, ils nous feront du mal.” Voilà tout ce que j’ai pu obtenir comme réponse. L’état d’esprit qui commande ces actes ne fait aucune différence entre combattants et non-combattants. »
Grace H. Knapp (missionnaire américaine ouvertement turcophobe), The Tragedy of Bitlis, New York-Chicago-Londres-Édimbourg, Fleming H. Revell C°, 1919, p. 146 :« […] une bande de volontaires arméniens, qui faisait partie de l’avant-garde de l’armée russe, laquelle, en descendant des hauteurs sans pistes et enneigées qui entourent Bitlis, avait pris les Turcs par surprise et s’étaient emparés de la ville. Les musulmans qui ne réussirent pas à s’échapper furent mis à mort, mais la vie de Mustifa Bey fut sauvée par l’intervention des filles [arméniennes] que nous avions protégées. »
Kara Schemsi, Turcs et Arméniens devant l’histoire, Genève, Imprimerie nationale, 1919, pp. 66-68 :« Rapport sur les atrocités commises par les Arméniens dans la ville de Bitlis.La dame Niguiar, âgée de 50 ans, mère de Réchid-Oglou Mehmed du quartier de Herssan fut tuée à coups de poignard. La fillette d’Ahmed Aga qui se trouvait chez Réchid-Oglou eut le même sort. Son corps fut jeté dans la rue et dévoré par les chiens. Ce triste spectacle a été  vu par plusieurs rue personnes, parmi lesquelles Kalkandjinoglou Osman Aga de Kizil Mesdjid qui a rapporté le fait sous serment.Le père de Husséin-Oglou Salih d’Ahlat, un vieillard de 70 ans habitant au quartier de Kizil Mesdjid, fut mis en pièces à coups de sabre.Au quartier de Tache-MahaIIé, le pére d’lsmaïl-Oglou Mehmed, un vieillard de 90 ans fut assassiné et sa maison pillée par les Arméniens.Au quartier d’Aïn’el Barid, Fatma, jeune fiIle de 17ans fut violée. Son père, Hasso-Oglou Bedri fut torturé et sa maison pillée.Chabaii Effendi, juge suppléant à la cour d’appel de Bitlis fut traîné, pendant la nuit, hors de sa maison et assassiné d’une façon tragique, après qu’on lui eut enlevé tout ce qu’il avait sur lui. Sa fine Nadjié, âgée de 15 ans fut violée et son beau-père, Moussa Effendi, battu et assommé. Sa nièce Yul Péri fut tuée par des femmes arméniennes.Kiamil Effendi de Tache Mahallé fut emporté de chez lui et tué d’une balle. Sa belle-mère, son frère, son enfant de 3 mois et sa servante Rukkié furent victimes des mêmes agresseurs. Dans le même quartier, le nommé Farss fut emporté de chez luiet on n’a jamais plus eu de ses nouvelles. Son fils Cadri, âgé de dix ans et ses autres fils Tevfik et Chérif, furent sauvagement massacrés à coups de crosse et de botte. Ses tantes, Mentane, Guéchiniche et Zinète, subirent à différentes reprises les derniers outrages. Son cousin Essad fut mis en pièces à coups de sabre.[…] Les tragiques événements énumérés ci-dessus et qui nous ont été rapportés sous serment par un grand nombre de Musulmans qui n’ayant pu s’échapper de Bitlis y sont demeurés exposés aux attaques et aux méfaits des bandes arméniennes, ne constituent qu’une très faible partie des horreurs et des atrocités commises par ces bandes, atrocités dont les traces restent encore visibles.Le 14/27 août 1916Hadjik Mélik ZadeCheïkh YoussoufEumer Houloussi, professeur d’arabe à l’École militaireM. Arif, directeur intérimaire de la policeMolla Issa ZadéAbdul HalimCazazlar Cheikhi Zadé YoussoufHakki, secrétaire général par intérim de [la préfecture de] Bitlis »


Commandant Kenneth Mason (armée britannique en Irak), titulaire de la Military Cross, « Central Kurdistan »The Geographical Journal, LIV-6, décembre 1919, p. 331 :« Les troupes arméniennes qui accompagnaient les Russes massacrèrent [en 1916] environ cinq mille Kurdes, hommes, femmes et enfants en les conduisant, à la pointe des baïonnettes sur la falaise qui surplombe la gorge de Rowanduz [aujourd’hui près de la frontière irako-turque]. L’Arménien lui-même peut avoir quelque chose du tigre quand il se trouve face à une proie sans défense. »
Edward W. C. Noel (commandant du renseignement britannique), rapport de 1919, cité par Stanford J. Shaw dans From Empire to Republic. The Turkish War of National Liberation, Ankara, TTK, 2000, tome II, p. 922 :« Au terme de trois mois passés à sillonner la région occupée et dévastée par l’armée russe, ainsi que par l’armée chrétienne de revanche [volontaires arméniens et nestoriens], durant le printemps et l’été 1916, je n’ai aucune hésitation à dire que les Turcs pourraient présenter autant de charges valables contre leurs ennemis que ceux-ci n’en ont présentés contre les Turcs dans la lettre du colonel Agha Petro. Selon les témoignages quasi unanimes des habitants comme des autres témoins oculaires, les Russes, à l’instigation des Nestoriens et des Arméniens qui les accompagnaient, leur chef étant Agha Petro lui-même, tuèrent et massacrèrent sauvagement, sans distinction d’âge ni de sexe, tous les civils musulmans qui tombèrent entre leurs mains. Un exemple typique peut être fourni par l’anéantissement de la ville de Rowanduz, et le massacre général de ses habitants.Alors que le colonel Petro peut citer des exemples isolés d’atrocités turques, celui qui voyage dans les districts de Rowanduz et Neri pourra trouver des preuves très nombreuses, systématiques, des horreurs commises par des chrétiens contre les musulmans. Il est difficile d’imaginer quelque chose de plus total, de plus complet. Je mentionnerai aussi que, selon le témoignage des populations kurdes, le colonel Agha Petros est le mauvais génie des Russes, et fut en grande partie responsable des excès commis par eux. »
Capitaine William Rupert Hay, Two Years in Kurdistan: Experiences of a Political Officer, 1918-1920, Londres, Sidgwick and Jackson, 1921, p. 192 :« Au début de l’année 1916, Rawanduz [Rowanduz] fut occupée par les Russes et une populace en armes de chrétiens venus d’Arménie et de Perse, lesquels, avec les soldats russes, dévastèrent la campagne, commettant tous les outrages concevables. Toute la ville du dévastée et devint un champ de ruines, à l’exception du quartier chic, résidentiel, où les officiers russes furent cantonnés. »

III) Pendant le retrait russe (1917-1918)

Emory H. Niles et Arthur E. Sutherland (membres de la commission Harbord, chargés des provinces les plus orientales de l’Anatolie), rapport au gouvernement fédéral américain, 1919, National Archives and Records Administration, College Park, Maryland, reproduit dans Justin McCarthy, « The Report of Niles and Sutherland—An American Investigation of Eastern Anatolia after World War I », in XI. Türk Tarih Kongresi, Ankara, TTK, 1994, tome V, pp. 1809-1852 :« Dans toute la région [entourant le lac de Van], nous avons été informés des dommages et des destructions commis par les Arméniens [de l’armée russe] qui, après que les Russes se retirèrent, restèrent occuper le pays et qui, lorsque l’armée turque [ottomane] avança, détruisirent tout ce qui appartenait aux musulmans. Par ailleurs, les Arméniens sont accusés d’avoir commis des meurtres, des viols, des pillages et d’horribles atrocités à l’encontre de la population musulmane. Au début, nous avons accueilli ces récits avec incrédulité, mais nous sommes finalement arrivés à les tenir pour vrais, car les témoignages furent absolument unanimes, et sont corroborés par des preuves matérielles. Par exemple, le seul quartier demeuré intact à Van et Bitlis, c’est le quartier arménien, comme cela peut être démontré par la présence d’églises et d’inscriptions caractéristiques sur des maisons, alors que les quartiers musulmans sont entièrement détruits. […] Nous considérons comme incontestable que les Arméniens furent coupables contre les Turcs de crimes de même nature que ceux dont les Turcs sont coupables contre les Arméniens. […] » (pp. 1828-1829)« Ces villes et villages [du nord-est anatolien], sur la ligne de retraite de l’armée arménienne [les volontaires de l’armée russe] sont ceux qui souffrirent le plus. » (p. 1842)« Sans nous perdre dans le récit détaillé de nos enquêtes, l’un des faits les plus marquants qui ont retenu notre attention, c’est qu’en chaque lieu, de Bitlis à Trébizonde [Trabzon], dans cette région que nous avons traversée, les Arméniens commirent contre les Turcs tous les crimes et toutes les atrocités commises par des Turcs à l’encontre d’Arméniens.Au début, nous accueillîmes ces récits avec un grand scepticisme, mais l’unanimité des témoins, le désir évident que ceux-ci avaient de parler de ce qu’ils avaient subi, la haine des Arméniens, et, surtout, les preuves matérielles nous ont convaincus de la véracité générale des faits suivants : premièrement, des Arméniens ont massacré des musulmans en grand nombre, avec bien des raffinements de cruauté ; et, deuxièmement, les Arméniens sont responsables du plus grand nombre de destructions dans les villes et les villages» (p. 1850)

Francis Gutton, Prisonnier de guerre chez les Turcs. Une captivité pas comme les autres. 1915-18, Paris, Bibliothèque du Comité d’histoire de la captivité, 1976 :« De bonne heure le lendemain [8 avril 1918], nous reprenons la route dans la vallée s’élargissant pour devenir bientôt une plaine fertile [près d’Erzincan, en Anatolie orientale] parsemée de villages tout en longueur, mais incendiés, dressant leurs ruines sur des vignes, des jardins, des vergers saccagés par la “Légion arménienne” [dirigée par Antranik Ozanian] dans sa retraite sous la poussée kurde de Youssouf Agha. Beaucoup d’arbres fruitiers ont même été coupés par les fuyards. » (p. 71)« Le lendemain [21 avril 1918], en grimpant, la route se rapproche des bords de l’Euphrate qu’elle domine dans une vallée encaissée. La lenteur du convoi nous incite à prendre les devants. Après deux heures de marche, nous nous asseyons sur un rocher, contemplant le fleuve aux eaux sales et sombres. Mais quelle horreur ! Elles charrient des cadavres boursouflés, aux costumes de paysans ; il y a des hommes et des femmes, sans doute victimes de la Légion arménienne en pleine débâcle et se vengeant sur des innocents ! Vision horrible ! Enfin le convoi nous rejoint et nous tire de ce spectacle de cauchemar ! Mais l’officier responsable nous reproche notre imprudence. Vous pouvez remercier Allah, nous dit-il, que rien de fâcheux ne vous soit arrivé, car ici même, il y a quelques jours, des officiers turcs furent tués par des bandes arméniennes qui se cachent dans les montagnes. Ce qui confirme ce que l’ont nous a dit à Erzindjian [Erzincan] : lors de l’entrée de ses troupes dans la ville [d’Erzurum] libérée, Véhib Pacha fit enterrer plus de 2 000 morts massacrés par les Arméniens, qui poursuivent plus loin leurs atrocités. Vers dix heures du soir, nous arrivons dans les ruines du hameau de Sanssar Déré (le ruisseau des Martres). La seule maison restée à peu près debout est emplie de cadavres ! Une nouvelle nuit à la belle étoile nous attend. » (pp. 75-76)
Şinasi Orel et Süreyya Yuca, Les « Télégrammes » de Talât Pacha. Fait historique ou fiction ?, Paris, Triangle, 1986, pp. 132-133 :« DOCUMENT AUTHENTIQUE N° LXIXTélégramme chiffré du 1er avril 1334 (1er avril 1918) du commandement de la 3e armée au commandement de la 4e armée.“Dans la période du 12 mars 1334 (12 mars 1918), date de la reprise d’Erzurum, au 20 mars 1334 (20 mars 1918), on a retrouvé, rien que dans la ville d’Erzurum, les cadavres de 2 127 musulmans impitoyablement assassinés par les Arméniens.Les recherches sont en cours. Le nombre des cadavres qui peuvent être ultérieurement retrouvés sera communiqué.Lüfti [71]”
DOCUMENT AUTHENTIQUE N° LXXTélégramme du 1er mai 1334 (1er mal 1918) de la 3e armée au quartier général du commandement en chef par intérim.“Tous les villages de Trabzon jusqu’à Erzincan ne sont que ruines. La majeure partie a été détruite par les Arméniens tons du retrait des Russes. Les Grecs aussi ont pris leur part dans cette destruction. Les paysans ont souffert des atrocités des citoyens non musulmans plutôt que de celles des Russes. Les quartiers musulmans de Trabzon ont été rasés. Les cimetières ont été transformés en théâtres par les Russes. Des dessins odieux ont été tracés avec du fumier sur les murs des mosquées. Même les arbres fruitiers sur la route de Trabzon-Erzincan ont été abattus et les maisons détruites. Les femmes affamées, leurs vêtements en lambeaux, mendient sur les routes. Les villages chrétiens ont été épargnés. Erzincan est une vision de tragédie. Les puits sont remplis de cadavres de musulmans. Dans les jardins des maisons en ruines, on trouve encore des cadavres, des bras et des jambes. Les allées des plus belles maisons arméniennes sont imprégnées du sang musulman. La plupart de la population de la ville a été emprisonnée et assassinée contre le tronc des arbres par des Arméniens hors de l’évacuation de ha ville par les Russes. La ville se trouve totalement en ruine [72].” »

Lieutenant-colonel Vladimir Twerdokhleboff, Notes d’un officier supérieur russe sur les atrocités d’Erzéroum, 1919 :« [Le général russe] Oudichélidzé raconta que les Turcs d’lIdja qui n’avaient pu s’enfuir, furent tous massacrés. Il ajouta avoir vu de ses propres yeux plusieurs cadavres d’enfants décapités à coups de hache.Le lieutenant-colonel Griaznoff, revenu d’Ilidja, le 26 février [1918], trois semaines après les massacres, raconta avoir rencontré sur les routes conduisant aux villages un grand nombre de cadavres mutilés, sur lesquels, chaque passant arménien blasphémait et crachait. Dans la cour de la mosquée, large de 12 à 15 sagènes [environ 25 à 30 mètres], on avait entassé des cadavres jusqu’à une hauteur de deux archines |2,8 mètres]. II y avait dans le tas des vieillards, des enfants, des hommes et des femmes de tout âge. Les cadavres des femmes portaient sur elle des signes manifestes de viol, et on avait introduit dans les organes génitaux de plusieurs d’entre elles des cartouches de fusil.Un Arménien, fournisseur du commandement de l’étape d’Aladja, raconta en parlant des atrocités commises dans cette ville le 27 février,que les Arméniens avaient cloué une femme vivante au mur. Ils lui arrachèrent ensuite le cœur, qu’ils qu’ils suspendirent sur sa tête !!Le premier grand massacre d’Erzéroum avait commencé le 7 février [1918]. Des artilleurs ramassèrent dans les rues deux-cent soixante-dix personnes et après les avoir complètement dépouillées, les enfermèrent dans le bain de la dans le but de les assassiner. Au prix d’efforts extraordinaires, je parvins à en sauver à peine une centaine. » (pp. 8-9)« Les Arméniens déclaraient, eux-mêmes, avec orgueil, avoir massacré, ce soir-là [26 février 1918], trois mille personnes. » (p. 11)

Pour conclure

Gilles Veinstein (professeur d’histoire ottomane au Collège de France, menacé de mort et injurié à la suite de cet article), « Trois questions sur un massacre »L’Histoire, avril 1995, pp. 40-41 :« Deuxième point : il y eut aussi de très nombreuses victimes parmi les musulmans tout au long de la guerre, du fait des combats mais aussi des actions menées contre eux par des Arméniens, dans un contexte de rivalité ethnique et nationale [5]. S’il y a des victimes oubliées, ce sont bien celles-là, et les Turcs d’aujourd’hui sont en droit de dénoncer la partialité de l’opinion occidentale à cet égard. Est-ce parce qu’il ne s’agissait que de musulmans qu’on les néglige, ou bien parce qu’on estimerait implicitement que le succès final de leurs congénères les prive du statut de martyrs ? Quel regard porterions-nous donc sur les mêmes faits, si les choses avaient tourné autrement, si les Arméniens avaient finalement fondé, sur les décombres ottomans, un État durable en Anatolie ? »
Jeremy Salt, The Unmaking of the Middle East, Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press, 2008, p. 67 :« Le capitaine C. L. Woolley, un officier britannique voyageant à travers le “Kurdistan” après la guerre, entendit de chefs de tribus kurdes que quatre cents milles Kurdes avaient été massacrés par des Arméniens, rien que dans la région de Van et de Bitlis. Deux volumes de documents ottomans récemment [2001] publiés — essentiellement des rapports de réfugiés, de police, de jandarma et de fonctionnaires du corps préfectoral — couvrant la période de 1914 à 1921, indiquent que cette estimation kurde de leurs pertes à cause de massacres par des Russes, par leurs protégés arméniens, ou par les deux à la fois, n’est probablement pas éloignée de la vérité. Comptant par village et par ville, les noms des assassins étant souvent donnés, le nombre de musulmans [Turcs, Kurdes, Lazes, etc.] qui furent massacrés dans la région |de l’Anatolie orientale] est estimé à 518 105. »
Bernard Lewis, Notes on a Century. Reflections of a Middle East Historian, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 2012, p. 290 :« Il n’y a [pour le Forum des associations arméniennes, représenté par Patrick Devedjian] aucune limite quand il s’agit de blesser les sentiments des Turcs, que ce soit en parlant de “version turque” et en la condamnant, par des accusations de génocide dirigées non seulement contre les auteurs présumés mais contre toute la nation, passée et présente, ou en niant ou approuvant les massacres de Turcs, kurdes et autres villageois musulmans par des guérilleros arméniens. »


Auteur: Maxime GAUIN – Source  » VOIR ICI «